avril 23

– Claude Miseur – Poésies –


Au commencement…

Au commencement
par les jardins
sous la neige apaisés
entre la nuit et la fenêtre
parler d’absence
ne pas entrer
nouer sur soi
la phrase dévêtue
des mots imprononcés
 
Se tiennent ici
notre effacement
et ses détours

(extrait de Petits tableaux pour se risquer plus loin que la couleur, Les Chants de Jane, n°12, GJT, 2017, p.3)

La sève…

La sève sous le sang
vers nos yeux scintille
la mer
ivresse de pluie
tangue au large
d’un ciel en feu
 
Je rêve d’ailes dévêtues
frêles veilleuses sur l’abîme
comme poussière de braises
dans l’ébloui du vent

(extrait de Petits tableaux pour se risquer plus loin que la couleur, Les Chants de Jane, n°12, GJT, 2017, p.13)

Je ne sais…

Je ne sais qui s’approche
et me toise
appelle de la rive
où l’arbre fait silence
où rien n’est dévoilé
 
J’aborde le territoire
d’une peur
qui défait l’étendue

(extrait de Petits tableaux pour se risquer plus loin que la couleur, Les Chants de Jane, n°12, GJT, 2017, p.19)