décembre 10

– Olivier Ava-Arden – poésies –

Sexes Tropiques

étonnant parfois ce que nos rêves nous livrent
& de quoi ils nous délivrent
pas d’hésitation à conjurer la peur du malheur
la dilution du soi
nous disposons de vingt-trois milliers de mètres
nos sexes sont du temps en mouvement
du temps juste qui bat la mesure
du temps mouillé des moussons
temps des déferlements océaniques
des corridors tropiques
il est temps de démultiplier la courbure
temps de lâcher les chiens sur l’artifice
d’entonner nos chants d’amour
on ne sait jamais
que nous soyons assez nombreux
 
© Olivier Ava-Arden 2019