janvier 8

– Maryse Nuytten-Mullejans – Poésies –

Pour moi ? …

Le souffle de ma mélancolie
Glisse sur les ailes de la nuit
 
La dureté de ton visage me fait peur
Crache ma fille, accouche de cette bile noire qui t’entrave
 
Pourquoi cette indifférence presque polie ?
Ce léger sourire qui écoute sans entendre ?
Où es-tu ?
 
Ce cordon qui jadis nous a reliés
Est depuis longtemps desséché
 
Mais un jour peut-être pourra- t-il se régénérer ?
Oui ce jour est proche où nous nous retrouverons et nous nous reconnaîtrons…
Patience… Patience…

Bruxelles …

Quand j’étais enfant, l’on disait « aller en ville ».
C’était la fête…
Nous prenions le tram…
Je me souviens du « Bouquet Romain » où après avoir accompagné maman dans les magasins
Nous allions y déguster une « glace »…
Instant de grâce ….
 
Maintenant que je suis grande !!
Je vais de temps à autres jouer les touristes dans Bruxelles.
A présent, j’y vais en métro… tout évolue…
Tout ?
Non.
Bruxelles garde quelques perles qu’elle offre aux curieux qui prennent le temps de flâner.

Pour mes trois filles.

Tu es belle, ma fille,
Tu es belle ma vie,
Et mon sang et ma joie.

Tu es belle, ma fille,
Tu es belle mon âme,
Ton front clair décidé,
Ton sourcil relevé.

Tu es belle ma fille,
Et le temps comprendra
Tes doutes et tes larmes,
Tes colères, tes sursauts,
Tes cris et tes sourires.

Tu es belle ma fille,
Tu es belle ma vie,
Le soleil a bercé
Ta venue, ta naissance,
Ton chemin, tes absences,
Tes émois, tes pardons.

Tu es belle ma fille,
Et, jamais, ne pourrai
Oublier ta présence
Et oublier ton être
Là, planté tout au fond,
Au tréfonds de mon cœur.

Tu es belle ma fille,
Tu es belle ma vie,
Mes craintes et mes peurs,
Mes troubles et mes pleurs,
Mes rires, mes bonheurs.

Et jusqu’en l’univers,
Et jusqu’en l’infini,
Je serai là toujours,
Mon enfant, mon amour.

Tu es belle ma fille,
Tu es belle ma fin …
Et mon commencement …

RETOUR