décembre 9

– Juliette Bouly – poésies –

❈❈❈❈❈❈❈❈❈❈❈❈ Séance du 18-11-17 ❈❈❈❈❈❈❈❈❈❈❈❈

Le secret de la chambre

(à Pierre)

Il y a un moment où la nuit
Me prend dans ses bras
Toutes peurs oubliées
Ton corps contre le mien
Me berce d’un soufflé aérien
La couette de plumes éloigne la mort
Nous protège du mauvais sort
Tu es là à tenir ma main
Je n’ai plus à te chercher en vain
Tes lèvres se posent sur mes rides
Essuient les traces de mes larmes avides
Ta voix me tient dans le chaud
D’un amour nouveau
Quand l’absence n’a plus de nom
Je peux encore te dire je t’aime
Tu es là à épouser ma peine
Tu guides mes pas vers ce jardin de sable fin
Au-delà de l’humain
Peau contre peau tangible incertitude
De nos corps habillés de solitude
Dans la lumière tamisée de l’intime
À la recherche de l’infime
Fragiles ombres courbes
À soulever le monde de la tourbe
Mes mains en voyage
À l’aveugle sur ton cher visage
Le parfum de l’amour volatile
S’évapore funambule sur un fil
Dans le vide de la chambre infirme
La ligne de ta vie au bord de l’abîme
Je la retiens au creux de mes reins
Gardienne du lien à revivre nos riens
Quand j’étais belle à t’attendre
Dans le secret de la chambre.

RETOUR