mars 11

– Jacques Demaude – poésies –

J’aimerais vivre débonnaire – 18-02-17

J’aimerais vivre débonnaire
dans un bourg privé de ses habitants.
J’effacerais les traces de ses calamités.
J’aimerais vivre débonnaire
approuvé par le soir.
Je vous piétinerais
brindilles qui m’abusent.
Que ma richesse
ne soit pas un rameau
stérile.
Les survivants
reviendront sur leurs pas.

J’appréhende un obstacle – 18-02-17

J’appréhende un obstacle
mais ne cesse pas de marcher.
Est-il une incongruité,
un désir dissipé
après avoir tant fait jouir des lucioles charmantes?
Je cesse progressivement de ne pas l’oublier.
Mon beau projet,
heurt de mémoire,
tu me feras
désintégrer la peur
et remodeler l’assurance.

Les lampes éclatées – 18-02-17

Les lampes éclatées
ne nous attristent pas.
Nous sommes des vigiles
apparemment distraits.

Il est vain de haïr
les prédateurs bruyants.
Nous resterons fidèles
aux premiers géniteurs.

Nous les remplaceront
ces lampes éclatées.
Nous resterons fidèles
aux premiers géniteurs.

Nous les remplacerons
ces lampes éclatées.
Nous ne boiterons pas
dans une obscurité.

Nous sommes des vigiles.
Nous pourrons le rester.

RETOUR