mars 11

– Guy Beyns – poésies –

Quand dans ta paix du soir – 18-02-17

Quand dans ta paix du soir
se livre le soleil
sais-tu que la beauté
est la sœur de la mort
et que ton regard emporte
une image de sang
sois donc l’arbre abattu
le bœuf à l’abattre
le vieillard s’éteignant
qui résume le temps
que vibre en ton corps
la merveille de vivre.

Sillonnant mes errances – 18-02-17

Sillonnant mes errances
je reste cet enfant
attentif au silence
qui fait frémir les blés

la peau toujours cousine
du frisson des bourgeons
où affleure le chant
qui trace mon chemin

je reste cet enfant
attentif au silence

RETOUR