– Marcel PELTIER – Poésies –


Sa robe dissoute…

Sa robe dissoute,
éclosion d’une fleur.
+
La nuit avance
d’un pas incertain.
+
Pluie du matin,
comme elle danse, danse !

Marcel Peltier – Minimalist Oulipian Poetry
octobre 2021.

Les puissances secrètes.

les oiseaux écrivent des miracles
plein ciel
 
gardiens endormis
ces pissenlits devant la banque
 
la lune sentinelle
porteuse d’évidences essentielles

Marcel Peltier
septembre 2021.

Fragments

Le nuage engendre
un ours
parfumé de pluie.
*
Les oiseaux jouent
à cache-cache,
feuillages solidaires.
*
Le buddleia attire
vulcains
et autres curieux.

Marcel Peltier.
02/08/21

Haïkus en hommage à Cécile Cloutier (Canada)

le vent
balade
les coquilles
*
l’oiseau
reverdit
la forêt
*
les séneçons
préparent
leur invasion
*
les chélidoines
décorent
les décombres
*
deux piérides
répètent
leur ballet

Marcel Peltier

Haïkus

banc vermoulu
les épilobes envahisseurs
sans scrupules
 
*
 
répétés
leurs cris
noirs de suie
m’agacent
 
*
 
horizon
l’arbre solitaire
contre-jour
 
*
 
pendent
ses longs cheveux verts
il pleure

Marcel Peltier
11/05/21.

La vie ordinaire

acrobate
l’araignée monte
et descend
 
dans la nuit
phares allumés
déambulent
 
cela souffle
coquilles de noix
en balade
 
j’ai trouvé
dans un coin du moi
un bourgeon
 
ces vertiges
instants suspendus
satori

Marcel Peltier
18/03/21

Murmures oulipiens

tremblante
au pied de ma porte
 
brouillard matinal
incertitude du verbe être
 
doigts
accrochés aux barreaux
 
assise
sur son nuage
 
la rose fleurit
dans son corsage
 
champs poétiques
du grand écart
 
gravés
dans une mémoire éternelle
 
nomade
ma pensée s’évade
 
sentinelle
voleuse de flânerie
 
des ponts
entre les mots verts

Marcel Peltier (24 septembre 2020)

Murmures dans le grenier.

Murmures dans le grenier.
 
nuit creuse
une note blanche
*
ces nombres
gravés sur leurs bras
*
l’évidence s’impose
l’amour
*
fleurs minuscules
les mots tus
*
coquelicot
couleur sang épanché
*
canicule
avec une cuillerée d’oxymores
*
derrière la porte
leurs murmures frelatés
pomme au sol
habitée
*
le caillou bique
près du ruisseau
*
abeilles sauvages
près de leur hôtel
*
la lune
porte un masque
*
le sentier
où nous marchons
*
des crabes
leur nombril nu

Marcel Peltier,
poésie minimaliste,
12/08/2020.

RETOUR
–>